Montrez votre soutien

Le problème

Les Canadiens veulent des produits laitiers, de la volaille et des œufs fabriqués au Canada.

Cela n'est possible qu'avec une industrie de transformation nationale florissante.

Actuellement, le système canadien de gestion de l’offre est affaibli par les accords commerciaux signés au cours des cinq dernières années : L’Accord économique et commercial global (AECG) entre le Canada et l’Union européenne, L’Accord de Partenariat transpacifique global et progressiste (PTPGP) et l’Accord Canada-États-Unis-Mexique (ACEUM).

Le saviez-vous?

Le Canada

a renoncé à 10 % de son marché intérieur de produits laitiers en signant l’AECG, le PTPGP et l’ACEUM.

Jusqu’à 4 %

de ses marchés intérieurs de la volaille et des œufs, tout dépendant du produit, par le biais du PTPGP et de l’ACEUM.

Selon les groupes

de travail du ministre de l’Agriculture et de l’Agroalimentaire, ces accords entraînent des pertes annuelles de près de 350 millions de dollars en moyenne pour ces industries.

En gros, cela équivautà la perte de 20 transformateurs laitiers canadiens de taille moyenne.

Les répercussions affectent non seulement les transformateurs, mais aussi les 14 700 producteurs de lait, de volaille, d’œufs et d’œufs d’incubation de poulets de chair qui les approvisionnent, ainsi que les 52 500 Canadiens qu’ils emploient.

Des mesures visant à atténuer les effets négatifs de ces accords commerciaux sont requises de toute urgence pour garantir que les transformateurs de produits laitiers, de volaille et d’œufs continuent à fournir des produits de qualité aux Canadiens malgré les défis posés par la pandémie de la COVID-19.

Une promesse faite doit être promesse tenue

Le gouvernement Trudeau n’a cessé de promettre une « indemnisation complète et équitable » aux secteurs sous la gestion de l’offre touchés par l’accès aux marchés de l’AECG, du PTPGP et de l’ACEUM. Les partis d’opposition soutiennent également cet engagement. Bien que les producteurs laitiers, de volaille et d’œufs aient reçu un engagement de compensation important et que les paiements soient actuellementen cours, les transformateurs attendent toujours.

Les engagements en matière de gestion de l’offre doivent reconnaître qu’il s’agit d’un système qui comporte deux côtés. Sa viabilité à long terme repose non seulement sur la bonne santé et la croissance de l’industrie de production laitière, de la volaille et des œufs, mais également sur celles de l’industrie de transformation de ces mêmes secteurs. L’une ne peut prospérer sans l’autre.

Le moment est venu pour le gouvernement de tenir enfin ses promesses envers l’ensemble du système de gestion de l’offre et d’apporter son soutien aux transformateurs.

Aider les transformateurs canadiens de produits laitiers, de volaille et d’œufs

Le gouvernement canadien doit agir maintenant et prévoir les ressources nécessaires dans le budget 2021 pour tenir sa promesse d’indemniser pleinement et équitablement les transformateurs de produits laitiers, de volaille et d’œufs. Ce programme devrait atténuer les répercussions de l’AECG, du PTPGP et de l’ACEUM, renforcer la sécurité alimentaire au Canada, soutenir l’industrie dans ses efforts d’innovation et d’adaptation aux nouvelles réalités du marché créées par ces accords, et garantir que les produits fabriqués au Canada que les consommateurs veulent puissent continuer d’être fabriqués ici, chez nous.

Agissez dès maintenant!

Dites à notre gouvernement que, en ce qui concerne l’AECG, le PTPGP et l’ACEUM, les transformateurs laitiers, de volaille et d’œufs ont besoin que le gouvernement tienne sa promesse.

L'honorable Marie-Claude Bibeau, C.P., députée
Ministre de l'Agriculture et de l'Agroalimentaire
Chambre des Communes
Ottawa, Ontario
K1A 0A6

L'honorable Chrystia Freeland, C.P., députée
Vice-première ministre et ministre des Finances
Chambre des Communes
Ottawa, Ontario
K1A 0A6

L'honorable Mary Ng, C.P., députée
Ministre de la Petite Entreprise, de la Promotion des exportations et du Commerce international
Chambre des Communes
Ottawa, Ontario
K1A 0A6

Mesdames les ministres,

Je vous écris aujourd'hui pour vous exhorter à soutenir l'industrie canadienne de la transformation de produits laitiers, de la volaille et d’oeufs. Ces industries sont soumises à une pression extrême alors qu'elles gèrent les impacts de l'accès accru au marché de l'alimentation intérieur du Canada dans le cadre de l'AECG, du PTPGP et de l’ACEUM.

Alors qu'elles attendent que le gouvernement donne suite à son engagement à verser des indemnités "complètes et équitables" aux secteurs canadiens soumis à la gestion de l'offre pour les marchés perdus en vertu des accords commerciaux, les industries de transformation laitière, de la volaille et des œufs perdent 350 millions de dollars chaque année. Les répercussions de cette situation se font sentir dans tout le secteur, des 52 500 Canadiens directement employés par les transformateurs aux 14 700 fermes auprès desquelles les transformateurs achètent du lait, du poulet, de la dinde, des œufs et des œufs d'incubation de poulets de chair.

Tout comme de nombreux membres de l'industrie, je demande que le budget 2021 prévoie des ressources qui permettent au gouvernement canadien de tenir sa promesse d'indemnisation et de prévoir des mesures visant à atténuer les effets négatifs de ces accords commerciaux et à faire en sorte que les transformateurs de produits laitiers, de volaille et d'œufs continuent de fournir des produits de la meilleure qualité possible aux Canadiens malgré les défis posés par la pandémie de la COVID-19. Cela permettra de renforcer la sécurité alimentaire au Canada, d'aider les transformateurs à innover et à s'adapter à la nouvelle réalité du marché et de garantir que les produits fabriqués au Canada que les consommateurs veulent continuent d'être fabriqués ici, au Canada.

La gestion de l'offre est un système. Sa viabilité à long terme exige que ses industries de production et de transformation soient en bonne santé et en pleine croissance. Sans l'une, l'autre ne peut pas atteindre son véritable potentiel. Elles ont besoin l’une de l’autre.

Je vous demande donc aujourd'hui de faire votre part et de veiller à ce que les transformateurs reçoivent le soutien nécessaire pour assurer la santé des secteurs laitiers, de la volaille et des œufs au Canada pour les années à venir.

Je vous prie d'agréer, Mesdames les ministres, l'expression de mes sentiments distingués,
{NOM}
{VILLE}

ENVOYEZ VOTRE LETTRE

Remplissez le formulaire ci-dessous pour envoyer une lettre de soutien dès aujourd’hui.

Vos informations